Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stats L1 - MPG

Lebogang Phiri, qu'est-ce qu'on sait de lui ?

31 Mai 2017 , Rédigé par Tchang Papadopoulos Publié dans #Portrait joueur

La Ligue 1 continue d'exploiter le filon sud-africain, après Kermit Erasmus et Keagan Dolly, c'est au tour de Lebogang Phiri de rejoindre l'hexagone. Première recrue de l'En Avant Guingamp, petit survol de sa jeune carrière.

 

  • Contrairement à Kermit et Keagan, Lebogang n'a jamais joué au pays avec les professionnels. Au talent, il a quitté son continent à tout juste 18 ans pour le Danemark. Les Bidvest Wits étant à Brondby ce qu'est Génération Foot au FC Metz.
     

  • Chargé de la formation côté danois, Kim Vilfort, ex-international danois vainqueur de l'Euro 1992, est rapidement charmé par ses qualités dans un rôle de 6 ou 8 au milieu. Débauché en février 2013 pour évoluer avec l'équipe U19, il le voit rivaliser avec les membres de l'équipe première pour la saison 2013-14.
     

  • Ça ira beaucoup plus vite que prévu, il débute en « Superligaen » dès le 28 avril, et titulaire s'il vous plait ! Et... marque 2 buts, le 16 puis le 20 mai. Ce n'est peut-être que le championnat danois mais c'est quand même plutôt pas mal pour un gamin de 18 ans qui vient de faire un voyage de près de 15 000 kilomètres !

Son premier but européen à [2:00]. N°34 sur le dos, ne le confondez pas avec le n°80, le zimbabwéen Antipas.

  • Sur sa lancée, il dispute un beau premier exercice d'apprentissage (21 apparitions, 13 titularisations) avant de s'imposer dans le onze des « Drengene Fra Vestegnen » (le petit surnom en VO de l'équipe danoise). Il prend ainsi part aux deux confrontations du troisième tour préliminaire de l'Europa League. Les danois s'y font sortir par le Club Bruges de Thomas Meunier. Défaite 3-0 à l'aller puis 0-2 au retour, affaire classée.

  • Rebelote la saison suivante (2015-16), avec l'apport des expérimentés Elmander et Pukki, ils passeront les 3 premiers tours préliminaires mais échoueront lors de la dernière marche, celle des barrages, sortis par le PAOK Salonique avec un beau revers 5-0 à l'aller.

  • Les vilains grecs ! Qui les sortent de nouveau lors de cette édition en 2016-17 en barrages. Dans le rôle du bourreau, on retrouve cette fois le Panathinaikos. Le tour précédent, ils avaient tout de même éliminé le Hertha Berlin de Salomon Kalou et Vedad Ibisevic !

Le chaudron "Brondbysien" pour ce qui est leur plus belle prestation sur la scène européenne.

  • Ces campagnes européennes qui débutent très tôt avec les tours préliminaires posent problèmes quant à sa participation aux JO de Rio. En pleine négociation sur l'extension de son bail, son futur accord dépend de la décision de son club de le laisser prendre part ou non à son « plus grand rêve ».
     

  • S'il arrive libre en Bretagne, c'est donc car Brondby a refusé qu'il y participe. Les JO ne faisant pas partie des dates désignées comme matchs internationaux par la Fifa, les clubs peuvent se permettre d'en priver les joueurs sans risquer de sanctions. Il partage cette situation avec son compatriote Andile Jali, retenu par le KV Ostende.
     

  • Lebogang avait pourtant préparé cette échéance avec sa sélection, participant à 3 matchs avec les Bafana Bafana en juin 2016, trouvant même le chemin des filets face au terrible Swaziland. Pour lui, c'est d'autant plus une déception qu'il estime qu'en dépit d'une saison à 40 matchs avec son club, les gens au pays ne connaissent ni sa façon de jouer, ni ce qu'il réalise en Europe.

Sous le maillot de l'équipe nationale.

Sous le maillot de l'équipe nationale.

  • D'ailleurs, que représente le Brøndby IF sur la scène locale ? Derrière les mastodontes Copenhage et Midtjylland que l'on peut apercevoir en C1, il mène la fronde, quatrième en 2013-14 et 2015-16, troisième en 2014-15, le club a terminé deuxième de la saison régulière cette année. Cette bonne santé sportive s'est également ressentie sur la Landspokal, la coupe nationale, finaliste face à l'ogre copenhaguois, huit fois vainqueur et triple tenant du titre. Suspendu, le sud-africain n'y était pas. Ils l'auraient emportée sinon, évidemment.
     

  • Ces sélections lui permettent, maigre consolation, d'intégrer le « Wall of Honour » du Brøndby Stadium aux côtés de stars locales (Michael Laudrup et Peter Schmeichel quand même) et d'anciens de la Ligue 1 dont ce bon vieux Kahlenberg, Wass ou Elmander.

 

  • Été 2016, un club lui fait les yeux doux, le redoutable Rapide Vienne... Finalement, il vivra sa seconde expérience sur le Vieux Continent en Bretagne. Il connaît déjà bien les défis qui l'attendent : barrière de la langue, nouveau championnat, dépaysement culturel, nouvelle approche du foot, du gâteau pour lui.
     

  • Guingamp ne reste qu'une étape de son plan de carrière. La finalité de celui-ci ? Évoluer avec les meilleurs joueurs, c'est-à-dire en Liga.
     

  • Sa relation avec Kombouaré sera-t-elle aussi bonne que celle avec son coach allemand, Zorniguer, dont il appréciait sa philosophie et son mode de management ? Réciproquement, Phiri faisait partie de ces joueurs que Zorniguer aurait emporté avec lui dans n'importe quel autre club...
     

  • Du coup, statistiquement, en 4 saisons pleines, Lebogang Phiri, c'est 118 matchs de première division pour 93 titularisations et 8 buts.
     

  • Sports365.fr s'est osé au jeu des comparaisons, petit format, activité débordante au milieu, vision de jeu, Phiri serait-il le nouveau Jean-Michaël Seri ?

La session highlights, comme d'hab'.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article