Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stats L1 - MPG

Oniangué, le retour du Prince

17 Janvier 2017 , Rédigé par Tchang Papadopoulos Publié dans #Hors-Jeu

Moins de six mois après son départ outre-Manche, voilà que Prince Oniangué remet déjà les pieds dans l'hexagone ! Alors, que s'est-il passé ?

 

Wolverhampton, de l'ambition montée au maintien

 

Walter Zenga, le coach italo-roumain à l'origine de sa venue, n'a pas fait long feu chez les Wolves : 87 jours en tant que manager. Arrivé le 30 juillet 2016, il a eu une grosse semaine pour préparer sa saison, les Wanderes débutant leur championnat dès le 6 août à Rotherham. Les ambitions sont grandes pourtant, racheté par un conglomérat chinois, le nouveau président Jeff Shi a une seule ambition : la promotion en Premier League ! Le chéquier est de sortie et, en août, débarquent Oniangué (2M£), Cavaleiro (7M£) et Saïss (3M£) de l'hexagone, l'islandais Böðvarsson (2,7M£) et l'hollandais Gladon (1M£). 18 millions d'euros dépensés sur 5 joueurs, ça ferait rêver bon nombre de clubs de Ligue 1 !

 

Le mois d'août est même de bonne facture du côté du Molineux Stadium avec un bilan de 2 victoires, 2 nuls et 1 défaite, le club restant dans le tempo des barragistes pour la montée. La seule bonne passe du club. La première baffe intervient le 17 septembre lors de la réception de Barnsley. Coach Zenga fulmine, ses hommes ont lâché le match à la 73ème minute lorsque Hourihane trouve le chemin des filets pour les visiteurs. Score final : 4-0. « I’m shocked at the result, at how we played, I’m shocked at everything. » Il vient de prendre un point en 3 rencontres. Choqué, il le sera sans doute encore de nombreuses fois, son équipe ne connaissant la victoire qu'à 2 reprises en 7 rencontres avant son éviction et pointe alors à la 17ème place, 3 points devant le premier relégable, Wigan.

 

Oniangué, le retour du Prince

Et Oniangué dans tout ça ?

 

Il était l'un des hommes de base de Zenga (11 apparitions, 2 buts) jusqu'à sa blessure, courant octobre, intervenue une semaine avant que l'ancien gardien ne se fasse évincer. Destins liés... Paul Lambert, son successeur, arrive le 5 novembre et annonce la couleur : « I want a team that wins. The supporters want a team that wins. I’ll do everything I can to provide that. » Une de ses priorités est le fameux dégraissage et une réduction de son effectif d'une trentaine d'unités à un groupe de 23.

 

Vous le sentez venir ? Et oui, un mauvais timing a eu raison de Prince... Blessé au moment de l'intronisation de Lambert, ce dernier confiait ne pas savoir grand chose du puissant milieu de terrain, mis à part qu'il s’entraînait et revenait bien, son choix pour réguler l'entre-jeu des Wolves se portant sur deux anglais du cru : Dave Edwards (31 ans, 10 saisons au club) et Jack Price (24 ans, formé au club). Kevin Thelwell, son directeur sportif, justifiant son départ par le fait qu'il est à un âge auquel il a besoin de jouer régulièrement... Et que Prince s'est requinqué alors que l'équipe première retrouvait, en décembre, une bonne dynamique (3 victoires, 1 nul, 2 défaites sur le mois). « Since he has returned to fitness, the team has been playing very well. » Les supporters n'ont d'ailleurs pas manqué de montrer leur surprise quant à son départ ! Étonnés qu'il mette les voiles sans que Lambert ne lui ait donné sa chance, son début de saison ayant suscité de belles promesses dans un championnat qu'il découvrait. Comme le dit si bien le site hitc.com, résumant la pensée des fans de Wolverhampton, il y avait bien plus d'un joueur moins performant que le congolais !

First goal in England.

Prince, qu'en dit-il ?

 

Le 5 octobre, il se confiait à la presse anglaise en prélude du derby face à Aston Villa. Installé dans sa nouvelle demeure, il estimait avoir montré 60 à 70% de ses qualités, étant encore dans une période d'adaptation au rythme de la Championship. Son discours était celui d'une recrue bon élève, « il y a a beaucoup de recrues à intégrer », « il faut laisser le temps au coach d'imprégner le groupe de ses idées », « tout le monde travaille dur et on ne peut que s'améliorer ». Vous l'aurez compris, par la suite, il n'aura jamais eu l'occasion de montrer la pleine mesure de son talent. Peut-être pour la saison 2017-2018, après un passage réussi au Sporting. C'est tout ce que l'on souhaite au mystique Prince Oniangué.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article