Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stats L1 - MPG

Nantes : défense en chantier

9 Juin 2016 , Rédigé par Tchang Papadopoulos Publié dans #Hors-Jeu

Nantes : défense en chantier

Une défense solide, jusqu'à quand ?

Saison 2014-15, les canaris se distinguent par une défense de fer, la sixième de Ligue 1. Une solidité indispensable tant le bilan des attaquants jaunes et verts est famélique avec 29 petits buts inscrits. Personne ne fait pire. Au mercato d'été, en dépit des départs de Djilobodji, Veigneau, Alhadhur, Hansen, Bessat et Cissokho, l'attention est concentrée sur l'attaque où un renfort suscite alors beaucoup d'attentes : bienvenu Kolbeinn Sigthorsson !

Saison 2015-16, les canaris ont encaissé 3 buts de plus (43) pour une attaque toujours en petite forme (33 buts pour). Offensivement, seul l'ESTAC faire pire. Le classement est, lui, identique : 14ème. Kolbeinn Sigthorsson a déçu, au point d'être annoncé partant dès cet été, Michel der Zakarian a vécu et Waldemar Kita souhaite impulser une nouvelle dynamique. Une mission dont hérite René Girard qui se voit aujourd'hui confronter à deux chantiers : l'attaque, toujours, et maintenant, la défense. Car si elle a tenu lors de l'exercice écoulé, son équilibre reste précaire.

Cana pas marché

Si Sigthorsson et ses 3 millions d'euros d'investissement en ont fait le parfait bouc émissaire d'une saison sans grand frisson, Lorik Cana n'était pas loin d'occuper ce rôle. Auteur d'une seconde partie de saison catastrophique, l'albanais, revenu en France afin de préparer au mieux l'Euro, ne s'est pas mis dans les meilleures dispositions. Les rumeurs concernant la suite de sa carrière vont d'ailleurs bon train, retraite, départ vers les États-Unis ou une destination exotique ? Peu nombreux sont ceux qui s'attendent à le voir réapparaître à la Jonelière. Peu nombreux, également, sont ceux qui souhaitent l'y retrouver.

Une image du passé ?

Une image du passé ?

Qui pour accompagner Vizcarrondo ?

Mais Cana cache un autre échec : celui de Koffi Djidji (23 ans). Pour sa cinquième saison professionnelle, il a réalisé avec 20 titularisations son exercice le plus abouti, les blessures (entorse de la cheville en janvier face à Bordeaux) et des prestations inconstantes (fautif sur les 2 buts guingampais une semaine plus tôt) l'empêchant toujours de s'imposer durablement dans le onze nantais. La saison à venir s'annonce décisive pour lui. Son rôle de "grand frère" ne l'épargne pas de la concurrence montante des jeunes Walongwa (22 ans, capitaine de la réserve) et Kwateng (19 ans, pré-selectionné pour l'Euro U19) qui lorgnent sur les 3ème et 4ème places dans la hiérarchie des centraux.

Car derrière l'incontournable Vizcarrondo, même si der Zak' l'a fait passer par le banc, c'est le flou. Au point que le tout juste débarqué Diego Carlos pourrait bien être propulsé directement en charnière centrale au côté du vénézuélien. Avec un transfert estimé à 2 millions d'euros et un contrat de 5 ans à la clé, sa venue n'a rien d'un pari. Les articles sur le brésilien sont, eux, unanimes : un défenseur rugueux débarque à la Beaujoire. Une qualité qui n'est pas sans rappeler un certain Papy Djilobodji...

Kwateng, attention au claquage !

Kwateng, attention au claquage !

Les ailes déplumées

Bien loin du rythme de sénateur de Djidji, Léo Dubois ne s'est pas fait prier pour s'imposer en équipe première. Polyvalent, Léo s'est fait sa place et devrait être installé à droite pour la saison à venir, une émergence qui palliera le départ du solide et constant Sabaly dans ce couloir. En prêt, tout comme Lenjani, ces deux joueurs ne retrouveront pas les bords de Loire. Wilfried Moimbé, recruté pour occuper le poste de latéral gauche mais gêné au genou puis à la cuisse (seulement 15 titularisations), aura donc tout le loisir de montrer qu'il est bien l'homme de la situation. Néanmoins, un autre brésilien exerçant au Portugal y est évoqué : Lucas Pedro de Lima. Face au manque de solutions internes, il y faudra de toute façon un renfort.

L'été dernier, le FC Nantes avait su renouveler son arrière-garde pour bâtir un rempart qui s'est avéré craquelant en fin de saison. René Girard et son staff se voient donc, déjà, dans l'obligation de fonder un nouvel édifice, qui ne se transforme pas en château de cartes à la première vague venue...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article