Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stats L1 - MPG

Portraits joueurs #16 : Que sont devenus les vainqueurs de la Gambardella 2009 ?

23 Décembre 2015 , Rédigé par Tchang Papadopoulos Publié dans #Portrait joueur

Portraits joueurs #16 : Que sont devenus les vainqueurs de la Gambardella 2009 ?

L'édition suivant le sacre des jeunes rennais, les Montpelliérains soulevaient la Coupe Gambardella en 2009 au terme d'un excellent parcours : entre les 64èmes et la finale, ils inscriront 19 buts pour 1 seul encaissé !

Une jeunesse triomphante constituée de grands talents dont certains connaitront un succès encore plus important avec le titre de champion de France en 2012. Quand d'autres écumeront les pelouses amateurs. La dure loi du foot professionnel.

Retour sur le parcours des onze titulaires alignés au coup d'envoi de la finale : Ligali - Capasso, El Kaoutari, Nelson, Mézague - Legras, Belhanda, Coulomb - Sarasar, Cabella, Martin.

Ils sont restés au club :

- Jonathan Ligali : A Montpellier, depuis la saison 2009-2010, il y a un gardien : Geoffrey Jourdren (207 matchs de Ligue 1 depuis août 2009) et sa doublure, Laurent Pionnier. Une seule chance de goûter à l’élite française : espérer un pépin simultané des deux portiers. Ce qui arrive le 1er décembre 2012, au stade Gerland, pour une courte défaite 1 à 0. Avant d’attendre… deux ans et le 6 décembre 2014 pour de nouveau garder les cages en championnat, au stade de la Route de Lorient (large victoire 4 à 0), après que Courbis ait décidé de faire souffler Pionnier suite à deux prestations difficiles contre Caen (1-1) et Saint-Etienne (0-2). Mais quand Laurent retrouve sa place contre Lens le 13 décembre, c’est 3 buts qu’il encaisse. Ligali grimpe alors d’un rang dans la hiérarchie, pas un cadeau puisque se profile un déplacement à Paris et la réception de Marseille. Pas impressionné, il assure, 0-0 puis victoire 2-1. Quand Jourdren se blesse en ce début de saison, Courbis se tourne naturellement vers lui pour le suppléer. Mais les rôles vont s’inverser, Jonathan, dans une équipe montpelliéraine en manque de confiance, ne rassure pas. Le match contre Monaco en est l’illustration même, après avoir mené 2-0, il n’est pas décisif sur les deux buts monégasques alors qu’il se trouve sur la trajectoire des deux tentatives puis concède le penalty de la défaite sur un ballon aérien qu’il relâche. La défaite de trop, les pailladins sont alors 20e et Laurent Pionnier retrouve sa place dans les cages, en attendant le retour du patron, Geoffrey Jourdren.

Contrat pro' en Juillet 2010 - 12 matchs de championnat (Ligue 1), 14 sélections chez les jeunes (U18, U19 et U20)

- Jonas Martin : Cette génération 90 était quand même sacrément pourvue en esthètes : Belhanda, Cabella, Jonas Martin… Si Younès s’est imposé dès la saison suivant le sacre, Jonas a dû attendre son heure, comme Rémy, notamment en allant s’aguerrir en prêt (Amiens, Ligue 2, 2011-2012, 3 buts). Une fois ses deux camarades ayant mis les voiles vers Kiev et Newcastle, il réalise sa première saison pleine dans son club formateur lors du dernier exercice (30 matchs – 27 titularisations – 1 but – 4 passes décisives) et aimerait bien cette année atteindre les 10 gestes décisifs (5 buts + 5 passes décisives). Il doit cette année cohabiter avec deux autres manieurs de ballons : Boudebouz et Sanson, mais ça, il connait.

Contrat pro' en Juillet 2010 - 115 matchs de championnat (Ligue 1 et Ligue 2)

Ils sont exilés :

- Abdelhamid El Kaoutari : Le malheur des uns fait le bonheur des autres comme on dit. Dzodic vieillissant et de plus en plus sujet aux blessures, Spahic imprévisible et régulièrement sanctionné, El Kaoutari les supplée et accumule du temps de jeu en Ligue 1 dès la saison 2009-10 (25 apparitions), autant en 2010-11, où sa polyvalence aux postes de latéral gauche et défenseur central rend bien des services. L’année du titre, il n’est pourtant pas à la fête, la défense type est bien en place, Bocaly – Yanga-Mbiwa – Hilton – Bédimo et lui-même se blesse, Stambouli occupant alors son rôle de défenseur de complément. Le départ de Yanga-Mbiwa pour Newcastle et le replacement de Stambouli au milieu entérine définitivement sa place dans le onze montpelliérain : à partir du 11 novembre 2012 jusqu’au 23 mai 2015, il ne loupe que 5 matchs de championnat ! Contacté par Monaco et Bordeaux, il opte pour le projet de Palerme, « plus concret », où il connait des débuts tonitruants, offrant la victoire aux siens à la 91e pour son premier match. La suite est plus compliquée, après 4 défaites dont un 4-2 contre la Roma, il n’est plus apparu dans l’équipe depuis le 23 octobre.

Contrat pro' en Juillet 2009 - 157 matchs de championnat (Ligue 2, Ligue 1 et Serie A), 13 sélections chez les jeunes (U16, U17, U18 et U19), 11 avec le Maroc

- Younès Belhanda : Le prodige de cette génération, contrat pro signé en juillet 2009, il devient un élément fort de l’équipe première dès la saison 2009-10 avec pas moins de 33 apparitions (19 titularisations) et un premier but en Ligue 1 marqué contre l’Olympique de Marseille de Didier Deschamps le 19 septembre 2009 (certes, lors d’une défaite 4 à 2). La saison suivante, l’apprentissage continue et son importance dans l’effectif grandit, 29 titularisations, 3 buts, 2 passes décisives avant de porter le MHSC l’année du titre (12 buts – 4 passes dé’) et de réaliser sa moisson sur les récompenses individuelles, désigné joueur du mois de novembre et meilleur espoir UNFP. Sa dernière année en France est du même acabit (10 buts – 2 passes dé’), il y découvre la Ligue des Champions et y inscrit ses premières réalisations, qui n’empêcheront pas des défaites à l’Olympiakos et face à Arsenal. Alors que les portes des grandes écuries européennes lui semblent toutes ouvertes, son choix s’oriente vers un pont doré pour le Dynamo Kiev. S’il a pu continuer à y garnir son armoire à trophées (double vainqueur de la Coupe d’Ukraine) et disputer chaque année une compétition européenne, il a assurément perdu en exposition médiatique. Pas aidé par sa dernière apparition sur le territoire français avec ses 3 minutes de jeu avant d’être exclu sur la pelouse du Roudourou…

Contrat pro' en Juillet 2009 - 183 matchs de championnat (Ligue 1 et Premyer Liha), 4 sélections chez les jeunes (U20), 33 avec le Maroc

- Guillaume Legras : Dur de se faire sa place au milieu de terrain quand de vieux briscards, Joris Marveaux, Romain Pitau, sont en place, que d’autres commencent à faire leur trou, Jamel Saihi, et qu’en plus, il y a un futur crack dans votre propre promotion, Benjamin Stambouli. Malgré un contrat professionnel pour la saison 2010-2011 et quelques apparitions dans le groupe pro’, son avenir se situait ailleurs. Le voilà donc la saison suivante en prêt à Martigues (National) pour une belle saison de 30 matchs (24 titularisations). Mais celui qui devient à son retour capitaine de la réserve ne voit toujours pas son horizon se déboucher dans l’Hérault. En fin de contrat en juin 2013, il participe au stage UNFP en espérant rebondir. Il trouve une porte de sortie en troisième division italienne, au SS Barletta où il s’impose comme un titulaire indiscutable. Avant la désillusion… Le club est envoyé cet été en D5 pour son implication dans une affaire de matchs truqués. Se retrouvant sans contrat, Guillaume confie aux medias locaux vouloir continuer en Italie mais, à 25 ans, pas dans n’importe quel projet. Aux dernières nouvelles, il ne l'avait toujours pas trouvé.

Contrat pro' en Février 2010 - 88 matchs de championnat (National et Lega Pro), 2 sélections chez les jeunes (U20)

- Teddy Mézague : Le même parcours que Guillaume, élément fort de la réserve (46 matchs sur les saisons 2009-10 et 2010-11) et soumis à une rude concurrence pour l’équipe première, ils signent leur premier contrat professionnel ensemble et rejoignent tous deux Martigues où il réalise lui aussi une saison aboutie (28 matchs disputés). Leurs routes bifurquent à leur retour, Teddy réalise son « rêve », jouer avec l’équipe une de Montpellier, même si cela se traduit le 23 avril 2013 par une défaite à Ajaccio (2-1). Avec son bagage de 5 rencontres de Ligue 1, il est prolongé en mai 2013 pour une saison. Il dispute 193 minutes de Ligue 1 de plus qu’en 2012-13, ce qui ne convient pas à son épanouissement. Sur les traces de Mangala et de Kalidou Koulibaly, il fait alors le pari de rejoindre la Belgique et le promu Royal Mouscron Peruwelz. Un pari qui s’avère concluant chez nos voisins, titulaire à 40 reprises depuis son arrivée en juillet 2014.

Contrat pro' en Février 2010 - 84 matchs de championnat (National, Ligue 1 et Jupiler Pro League), 2 sélections chez les jeunes (U20)

- Fodé Koïta : Grand acteur de l’excellent parcours des montpelliérains mais blessé à la malléole pour la finale, Fodé Koïta et ses 7 buts ne pouvait être oublié ici. Buteur régulier avec la réserve (17 buts en 40 apparitions sur les saisons 2008-09, 2009-10 et 2010-11), il obtient très tôt sa chance avec le groupe pro’, disputant 18 minutes de Ligue 2 dès le 16 janvier 2009, bien avant la finale. Son temps de jeu, néanmoins, ne s’envole pas au fil des saisons, 48 minutes en 2009-10, 124 en 2010-11 et 27 en 2011-12 avant d’être prêté au RC Lens en Ligue 2. Barré par Olivier Giroud, il ne voit que de loin le sacre de son club formateur. Lancé de manière précoce, il ne se montre pourtant que tardivement, son premier but en championnat arrivant le 2 mars 2012, il s’illustre alors en étant buteur lors de 3 matchs consécutifs avec le club nordiste. En dépit du départ d’Olivier, son avenir s’écrit en dehors de la Paillade où sévissent Charbonnier et Herrera en pointe, son poste de prédilection, et Utaka, Mounier, Camara ou encore Aït-Fana sur les ailes, où il peut dépanner. Prêté au Havre, il n’y trouve pas l’idylle, sa saison y est mitigée, gêné par les blessures et des résultats collectifs peu convaincants. Pour tourner la page Montpellier, il prend la route de la Normandie avec pour ambitions la montée en Ligue 1 et de trouver plus régulièrement le chemin des filets. Après deux saisons à Caen, le premier objectif est rempli mais pas le second, son meilleur total étant de 4 réalisations malgré un temps de jeu conséquent. Il donne tout de même satisfaction au club qui lui propose une prolongation de contrat. Lui préfère réaliser son rêve en traversant la Manche pour rallier Blackburn, en deuxième division anglaise. Utilisé régulièrement mais dans une position plus reculée, il n’y a pour le moment toujours pas débloqué son compteur but, distillant plutôt quelques caviars…

Débuts pro' en Juillet 2009 - 126 matchs de championnat (Ligue 2, Ligue 1 et Championship), 2 sélections avec les Espoirs

Toujours amateurs :

- Jean-Yves Capasso : Il était là au bon moment. Jean-Yves Capasso, c’est 270 minutes de CFA l’année du titre, autant l’année suivante. Depuis, il erre dans les divisions amateurs du football français : 2011-12, Gap (CFA) : 3 matchs joués / 2012-13, ES Pennoise (CFA2) : 1 match joué / 2013-15, Epinal (CFA puis National) : 10 matchs joués. Souffrant du mal du pays, il quitte la Lorraine l’hiver dernier pour rejoindre le Sud et l’US Endoume, évoluant en DH. Cet été, il change de club marseillais en intégrant l’EUGA Ardziv. Le football plaisir.

- Mickaël Nelson : Capitaine de cette équipe, c’est le même refrain qu’avec Guillaume Legras et Teddy Mezague : taulier de la CFA + rude concurrence dans l'équipe fanion, présence d'un certain Yanga-Mbiwa, des expérimentés Spahic, Dzodic et Jeunechamp pendant que Bocaly et son coéquipier El Kaoutari lancent leurs carrières… Pourtant, dès le 9 juin 2008, il avait pu goûter à 12 minutes de Ligue 2, un aperçu sans suite. Au terme de son contrat à l’été 2011, il tente l’aventure en Allemagne, pour une saison, en 3ème division à Babelsperg. Une expérience concluante (19 matchs disputés) qui ne durera pas, effectuant son retour en France au FC Sète où les dirigeants lui vendent un projet de montée en Ligue 2 sous 3 ans. Pour sa quatrième saison au club, le club a bien connu une promotion, en CFA. Il faut croire que Mickaël n’en a pas fini d’écumer ses pelouses…

Contrat pro' en Juillet 2011 - 19 matchs de championnat (Ligue 2 et 3. Liga), 10 sélections avec les U19

- Adrien Coulomb : On l’a vu avec Jonas Martin, il est peu facile d’exister lorsque l’on est milieu offensif au MHSC. C’est pourtant le poste qu’occupe Adrien. Comme ses comparses Jonas Martin, Guillaume Legras et Teddy Mezague, sa saison 2011-12 s’est déroulée en prêt, au Vannes OC. Appelé pour pallier les blessures de Mathieu Berson et Nicolas Diguiny et venu pour chercher du temps de jeu, rien ne se déroulera comme prévu avec 241 minutes jouées… en CFA2. Le cauchemar. C’est également ce qu’il connaitra à Arles-Avignon. Peu utilisé par les entraineurs successifs (Franck Dumas, Bruno Irles, Stéphane Crucet, Victor Zvunka), il doit ensuite faire face au redressement judiciaire du club avignonnais ! Avec Ibrahima Ba, Brahim Ben Daoud et Thomas Bosmel, il fait partie des quatre derniers joueurs professionnels de l’ACAA, cet été, sans challenge et dans l’attente qu’on les mette dehors. Depuis, il squatte la DH… entreprises en attendant patiemment le mercato hivernal. On le comprend.

Contrat pro' en Janvier 2010 - 23 matchs de championnat hors CFA (Ligue 2)

- Dimitri Sarasar : Il a bénéficié de l’absence de Fodé Koïta pour briller lors de cette finale en ouvrant le score, son seul but de la compétition. En compagnie de Fodé, il formait une solide paire d’attaquants en CFA, 10 buts à eux deux en 2009-10, 15 en 2010-11 (CFA2) avant de partir, chacun, sous différents horizons. Dimitri rejoint Ghislain Printant, qu’il a côtoyé lors de sa formation, à Bastia. Il y est l’auteur d’une prodigieuse saison en CFA2 avec 14 réalisations inscrites en 16 matchs, non-récompensée par une apparition en Ligue 2. Il traverse alors la Corse pour rallier l’AC Ajaccio et parapher un nouveau contrat d’un an. Le début de la fin : 12 apparitions (4 titularisations) - 2 buts (2012-13) en CFA2 avant différentes piges sur le continent, à Martigues pour 9 apparitions (3 titularisations) - 0 but (2013-14) puis à Marignane (CFA/DH) où l’on perd sa trace…

La star

Rémy Cabella : Belhanda aurait pu figurer à ses côtés mais ses choix de carrière placent aujourd’hui Cabella comme le joueur sous le feu des projecteurs. Pourtant, ça ne coulait pas de sources à ses débuts. Ses facultés techniques en font un buteur en CFA (9 buts en 24 apparitions – 2008/09) et lors de cette finale mais ne sont pas suffisantes pour percer au plus haut niveau. Fabien Laurenti, qui le côtoie en prêt à Avignon, confirme ce défaut « il avait de mauvaises habitudes, foncer dans le tas la tête baissé. » Trop porté sur le toucher de balle, le dribbleur fou doit apprendra à relever la tête. Le départ de Belhanda lui fait alors du bien, repositionné au centre du terrain, il apprend à jouer pour les autres. Responsabilisé, il réalise ainsi sa première grosse saison au plus haut niveau national en 2012-13, marquant (7 buts) et faisant marquer (6 passes décisives). Mais ce n’est rien comparé à ce qui arrive en 2013-14 où il exprime son plein potentiel, titulaire à 36 reprises, il est l’auteur de 14 buts pour 5 passes décisives. Nommé meilleur espoir de la L1 aux Trophées UNFP 2013, il n’enlèvera pas cette récompense, contrairement à Younès Belhanda, mais connaitra sa première sélection en EdF le 27 juin 2014. De retour à la lumière à Marseille après un passage difficile dans un championnat qui ne lui convenait pas, on retrouve néanmoins les mêmes critiques sur son jeu, port de balle trop long, prise de décision pas assez instinctive, qui se ressentent d’ailleurs sur ses stats : 2 buts – 1 passe dé’, réalisés sur ce mois de décembre. Le temps de l’adaptation à l’environnement marseillais ?

Contrat pro' en Juillet 2009 - 161 matchs de championnat (Ligue 1 et Premier League) - 17 sélections avec les Espoirs, 4 avec les A

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article